2022-02-08
Image à caractère illustratif.

La Commission électorale centrale du Bélarus a achevé la formation des commissions de circonscription chargées d’organiser le référendum constitutionnel. Parmi leurs membres, il n’y a pas un seul représentant de l’opposition.

Selon le centre de défense des droits humains Viasna, plus de 98% des candidats désignés par les partis politiques, les associations et les syndicats pro-gouvernementaux ont été inclus dans les commissions de circonscription (plus de 30 000 personnes). Dans le même temps, aucun des 42 représentants nommés par les partis d’opposition et autres associations publiques n’a été retenu.

L’atmosphère de peur et de répression généralisée créée par les autorités ainsi que le contrôle total du processus de création des commissions électorales ont fait que, pour la première fois dans l’histoire du Bélarus indépendant, l’opposition n’est pas du tout représentée au sein de ces commissions.

Rappelons qu’auparavant les autorités bélarussiennes ont refusé d’ouvrir des bureaux de vote à l’étranger, ce qui a en fait privé un nombre considérable de Bélarussiens de la possibilité d’exercer leur droit de vote lors de ce « référendum ».