2022-04-21
S. Tikhanovskaïa lors de son discours de réception. Photo : belsat.eu

La Fondation Roosevelt a remis à Svetlana Tsikhanovskaïa le prestigieux prix Four Freedoms Award pour la résistance pacifique qu’elle mène contre le régime oppressif du Bélarus et pour le rôle d’éminente défenseuse de la liberté politique et civile qu’elle incarne. Dans son discours de réception, la politicienne a souligné l’importance d’apprendre à « appeler les choses par leur vrai nom » et a fait part d’un certain nombre de réflexions marquantes :

« J’ai l’impression que le monde ne comprend pas vraiment ce que sont réellement les régimes du Kremlin et de Minsk. La peur rend aveugle. L’indifférence rend aveugle. Les intérêts économiques rendent aveugles. Il n’y a pas d’autre façon de le dire : ces régimes sont aujourd’hui le mal absolu. Ce mal se développe comme un chancre, et il ne s’arrêtera pas au Bélarus ni en Ukraine. »

« Lorsque les Russes ont attaqué l’Ukraine, les habitants du Bélarus ont fait le choix de descendre dans la rue dans toutes les villes du pays. C’était un choix difficile et douloureux. 1500 personnes ont été arrêtées au cours des premières semaines. Mais c’était le bon choix. Au Bélarus, des personnes sont arrêtées tous les jours. Pour avoir prié à l’église pour l’Ukraine. Imaginez qu’en ce moment même des hommes en civil s’introduisent dans des églises pendant la messe pour identifier les croyants et les arrêter. C’est la réalité dans le Bélarus d’aujourd’hui. Mais le Bélarus résiste toujours. »

« Les dictateurs ne peuvent pas être rééduqués. Les tyrans sont enhardis et non pas calmés par les efforts d’apaisement. L’Europe ne s’est pas libérée d’Hitler par des efforts d’apaisement, mais par une action ferme et unie contre le Reich hitlérien. Ce n’est que si le monde s’unit dans la lutte contre le mal que nous pourrons gagner. N’oublions pas que la solidarité et l’humanité sont notre superpuissance. Et cela nous distingue du mal. »

Mme Tikhanovskaïa a également rendu hommage au courage de ses compatriotes qui participent au mouvement anti-guerre en manifestant dans les rues et en perturbant le transport ferroviaire russe. « Nous continuerons à nous battre pour la liberté du Bélarus, pour l’Ukraine et contre la tyrannie qui veut renvoyer le monde à l’âge des ténèbres », a-t-elle déclaré. « Si nous échouons, l’obscurité nous engouffrera. Mais avec chaque mère qui sauve ses enfants, avec chaque enfant qui sauve ses parents, avec chaque acte de compassion, je vois que l’amour est plus fort que la haine. »

« Nous ne pouvons pas laisser les dictateurs faire l’histoire, car l’histoire – et l’avenir – nous appartiennent », a conclu la leader de l’opposition bélarussienne.

Non classé