2022-04-03
Image à titre d’illustration.

Depuis le début de l’invasion de l’Ukraine par l’armée russe, y compris à partir du territoire bélarussien, une « guerre du rail » a éclaté au Bélarus. Afin de ralentir et d’entraver le transport de matériel militaire russe en Ukraine, des Bélarussiens endommagent des équipements ferroviaires. Le format le plus courant est la destruction (incendie volontaire) d’armoires de signalisation, de centralisation et de blocage (SCB). Chaque armoire de ce type coûte environ 50 000 dollars et le pays ne compte que quelques ateliers capables d’en réparer les composants.

Malgré les intimidations de la part des forces de l’ordre, les guérilleros du rail poursuivent leurs activités sans relâche. Le 15 mars, une armoire SCB a été endommagée sur la voie Damanava – Lasnaïa ; le 16 mars, sur la voie Farynava – Zahatsie et le 17 mars, à la gare centrale de Vorcha. Dans la nuit du 25 mars, deux armoires de relais ont été brûlées sur la voie Brarysaù – Navassady. Deux autres armoires ont été brûlées le 28 mars entre la station Savietski et la gare de Vieraïtsy.

À la recherche des guérilleros du rail, le KGB effectue de véritables razzias dans les villes où les sabotages ont eu lieu. Les agents détiennent des cheminots, fouillent leurs maisons et vérifient leurs téléphones. Sur les mandats de perquisition figurent des articles du Code pénal aussi graves que l’espionnage, la haute trahison et le terrorisme. Ces derniers jours, au moins 30 employés des chemins de fer ont été détenus dans tout le pays.

Dans la soirée du 30 mars 2022, une chaîne de Telegram pro-gouvernementale affiliée aux forces de l’ordre, a publié des vidéos dans lesquelles 28 personnes font « amende honorable ». Ce sont des employés des chemins de fer de tous âges et professions, originaires de différentes villes. Ils seraient tous abonnés à Live. Community of Railway Workers of Belarus, un groupe de discussion reconnu comme une formation extrémiste par les autorités du Bélarus. En outre, quatre autres cheminots ont été détenus à Homiel, dont un au moins a été placé dans le centre de détention provisoire du KGB.

En plus, les troupes spéciales des forces intérieures de sécurité ont été affectées à la protection des voies et de l’infrastructure des chemins de fer bélarussiens. Dans la nuit du 30 mars 2022, plusieurs personnes ont ouvert deux armoires de relais près de la gare de Babina, dans le district de Babrouïsk ; elles ont réussi à mettre le feu à l’une d’entre elles. Les forces de l’ordre qui patrouillaient sur les voies à ce moment-là ont ouvert le feu, mais les guérilleros ont réussi à s’enfuir en toute sécurité.

Selon ByPol, l’association d’anciens agents des forces de l’ordre, derrière ce dernier sabotage de voie ferrée étaient des participants au plan Pieramoha (Victoire) — un plan de mobilisation mis en place par l’opposition pour venir à bout du régime d’Alexandre Loukachenko.