2022-03-11
Transport de chars russes via la Bélarus. Image : svaboda.org

Selon le Centre de protection des droits humains Viasna, depuis le début de la guerre en Ukraine, huit personnes soupçonnées de sabotage sur le chemin de fer bélarussien ont été arrêtées au Bélarus. Les cheminots ont annoncé que, en raison du sabotage (« la guerre du rail» ), les trains transportant du matériel militaire et des munitions russes ont cessé de circuler au Bélarus. Les personnes arrêtées risquent jusqu’à 15 ans de prison pour préparation d’un acte de terrorisme.

Le 6 mars, Siarheï Kanavalaù, employé des chemins de fer bélarussiens, a été arrêté à Vitsiebsk. Selon le ministère de l’Intérieur, il projetait de désactiver les systèmes de sécurité du trafic ferroviaire. Selon les cheminots, peu avant son interpellation, Siarheï a eu un désaccord avec V. Hlatchkoù – l’idéologue, l’ancien chef de la police des transports. Après cet incident, Hlatchkoù a dénoncé auprès de la GUBOPiK (Direction principale de lutte contre la criminalité organisée et la corruption du ministère de l’intérieur du Bélarus – ndlt) et du KGB le prétendu sabotage planifié par Kanavalaù, après quoi il a été arrêté sans aucune raison valide. Une enquête pénale a été ouverte pour préparation d’un acte de terrorisme.

A Svetlahorsk, le coffret d’une installation de signalisation sur le chemin de fer a été incendié. Selon le ministère de l’Intérieur, la mise à feu a été commise par trois résidents de Svetlahorsk. Une procédure pénale a été ouverte à leur encontre pour un acte de terrorisme.

Après le 2 mars, des perquisitions ont été menées à Svetlahorsk en rapport avec une mise à feu d’une armoire de signalisation, centralisation et enclenchement sur la voie entre Astankovitchy et Jerd. Cette voie ferroviaire dessert la ville d’Ovroutch dans la région de Jytomyr en Ukraine. Les époux Zmitser et Natallia Ravitch, le frère de Natallia, Dzianis Dzikoun, et sa petite amie Alissa Malanava ont été arrêtés pour suspicion dans cette affaire. Une vidéo de Dzianis faisant son mea-culpa a été diffusée par les chaînes de télévision pro-gouvernementales. Dans cette vidéo, il a l’air de quelqu’un qui a été sévèrement battu.

Le 2 mars, à Assipovitchy, a été arrêté un résident local, Aliakseï Chychkaviets, 43 ans. Selon le ministère de l’Intérieur, l’homme a rejoint la « formation extrémiste » BYPOL et s’est identifié dans leur chat-boten vue d’exécuter des instructions pour la préparation de sabotages sur le chemin de fer. Une enquête pénale a été ouverte contre Alexeï pour participation à une formation extrémiste dans le but de commettre des crimes.

Selon le ministère de l’Intérieur, deux résidents de la ville de Staùbtsy ont été arrêtés dans la nuit du 1er au 2 mars. Le Centre de protection des droits humains Viasna a appris qu’il s’agissait des époux Siarheï et Katsiaryna Hlebka. Dans une vidéo d’ «amende honorable » Siarheï avoue avoir déposé deux bûches sur les voies ferrées et y avoir mis le feu. Dans la vidéo, Siarheï a l’air battu.

Un « guérillero du rail » aurait été arrêté à Jodzina le 2 mars, mais les détails de son affaire ne sont pas encore connus.