2021-07-29
Andrei Kazimirau

La justice russe a autorisé l’extradition vers le Bélarus d’Andrei Kazimirau, participant aux manifestations d’août 2020. Auparavant, la Cour européenne des droits de l’Homme (CEDH) avait interdit son extradition, a annoncé le Groupe Helsinki de Moscou.

« Depuis que la Russie a ratifié la Convention sur la protection des droits de l’Homme et des libertés fondamentales, la décision de la CEDH fait partie du domaine juridique de la Fédération de Russie et est obligatoire pour les organismes publics, y compris les tribunaux », a déclaré l’avocat de Kazimirau, Illaryen Vasilieu.

Il a exprimé l’espoir que le Bureau du procureur général n’enfreindra pas la décision de la CEDH et n’exécutera pas sa décision d’extradition sans délai.

Le Brestois Andrei Kazimirau est accusé d’avoir participé aux émeutes du 9 août 2020 au Bélarus. Il risque 8 ans de prison. Lors d’un des rassemblements, le militant a été blessé à la jambe par une balle en caoutchouc. En septembre, lorsqu’il a eu connaissance des poursuites pénales, il est parti pour la Russie, où il a été arrêté le 14 janvier 2021. Kazimirau est le seul Bélarussien reconnu prisonnier politique par les militants des droits de l’Homme en Russie.

Le 22 juillet dernier, la Russie a extradé vers le Bélarus le combattant MMA Aliaksei Kudzin, malgré l’interdiction similaire de la CEDH. Kudzin est actuellement incarcéré au centre de détention provisoire N°1 de Minsk. Le combattant a été secrètement amené de la Russie.