2022-02-14
Photo à caractère illustratif.

La Lettonie, la Lituanie et l’Estonie ont demandé à l’OSCE la tenue d’une réunion avec le Bélarus et d’autres parties prenantes dans le cadre du Document de Vienne. Ils ont demandé que le Bélarus fournisse plus d’informations sur ses exercices militaires conjoints à grande échelle avec la Russie, lesquels ont commencé le 10 février 2022. Le 9 février, les trois pays baltes ont demandé au Bélarus des explications sur le déploiement inhabituel et imprévu de troupes lors d’exercices sur le territoire du Bélarus, sur l’utilisation d’équipements militaires et la date prévue du retour des troupes sur leurs lieux d’emplacement normal du temps de paix. Le 11 février, le Bélarus a répondu à la demande, mais la Lettonie, la Lituanie et l’Estonie ont jugé la réponse insatisfaisante.

Une demande similaire a été transmise par l’Ukraine à la Russie. Les réunions dans le cadre du Document de Vienne devaient avoir lieu respectivement les 14 et 15 février 2022, mais le Bélarus n’a fourni aucune information et la Russie a refusé d’y participer.

La France, au nom de l’Union européenne, a exhorté le Bélarus à assurer une transparence totale de ses activités militaires et des activités des forces armées russes sur son territoire le long de la frontière avec l’Ukraine. La ministre britannique des Affaires étrangères, Liz Truss, a fait remarquer dans sa déclaration que le refus de la Russie de participer au processus de l’OSCE accusait son mépris pour les engagements qu’elle avait volontairement signés.

Le Document de Vienne 2011 sur les mesures de confiance et de sécurité prévoit que les pays donnent notification à tous les autres pays des activités militaires si celles-ci mettent en jeu plus de 9 000 personnes, les troupes de soutien y comprises. Selon ce document, un État participant de l’OSCE qui s’inquiète d’une activité militaire inhabituelle a le droit de transmettre une demande d’explication.