2021-06-07
frontière bélarussienno-lituanienne

À la frontière du Bélarus avec les pays voisins de l’UE, la Lituanie et la Pologne, on observe une augmentation spectaculaire du flux d’immigrants illégaux.

Les cinq premiers mois de 2021, plus de 270 immigrés clandestins ont tenté de passer en Lituanie depuis le territoire bélarussien, soit trois fois plus que pour toute l’année précédente. Durant la même période, les gardes-frontières polonais ont arrêté 112 personnes pour franchissement illégal de la frontière, dont 92 directement à la frontière entre le Bélarus et leur pays. C’est presque quatre fois plus que l’année dernière. Parmi les personnes arrêtées figurent des ressortissants afghans, palestiniens, irakiens, tadjiks, égyptiens, russes d’origine tchétchène.

Le chef du service de sécurité de la frontière nationale lituanienne, Rustam Lyubayeu, a déclaré que la situation à la frontière entre les deux pays reste difficile et a reproché aux gardes-frontières bélarussiens leur inaction et leur manque de coopération. « Nous constatons que la situation évolue à pas de géant. Trois groupes d’immigrés clandestins ont été arrêtés au cours du week-end, plus de 30 personnes », a déclaré Lyubayeu aux journalistes.

Le 26 mai, Alexandre Loukachenko a déclaré : « Nous faisions barrage aux drogues et aux migrants, désormais, vous allez vous les manger et les attraper vous-même ». La Lituanie est convaincue que le flux accru de migrants clandestins est la conséquence de cette déclaration. A présent, la Lituanie cherche à acquérir de nouveaux dispositifs et des armes pour la protection des frontières. Un recours à l’armée est à l’étude.