2021-08-04
Marya Kalesnikava et Maksim Znak dans la salle d’audience

À Minsk, s’est ouvert le procès pénal des représentants de l’équipe de l’ancien candidat à la présidence Viktar Babaryka, membres du Présidium du Conseil de coordination de l’opposition bélarussienne, Marya Kalesnikava et Maksim Znak. Le procès se déroule à huis clos, malgré les requêtes de plus de 3 800 personnes, parmi lesquelles des hommes politiques et des militants de différents pays, demandant un procès public.

Les deux accusés encourent jusqu’à 12 ans de prison chacun. Ils sont inculpés en vertu de l’article 361-3 (Appels à l’action contre la sécurité nationale), de l’art. 357-1 (Complot dans le but de s’emparer du pouvoir de l’État par des moyens inconstitutionnels), de l’art. 361-1 (Création et gestion d’un groupe extrémiste). Les avocats des prisonniers affirment qu’en réalité, Maksim Znak a été poursuivi pour avoir exprimé son opinion professionnelle sur des questions juridiques et exercé les droits fondamentaux, et les actions de Kalesnikava ne visaient pas à infliger, mais à empêcher des atteintes à la sécurité nationale.

Les organisations de défense des droits humains ont reconnu Kalesnikava et Znak prisonniers politiques. Lors du procès, les deux prisonniers politiques respiraient le calme et la confiance, Marya faisait des pas de danse dans sa cage, souriait et faisait un cœur avec ses doigts, geste symbolique pour des millions de ses compatriotes.

Non classé