2021-11-02
Yahor Martsinovich

Le service russe de la BBC, grâce à une chaîne d’intermédiaires, a pu interviewer le rédacteur en chef de « Nasha Niva », Yahor Martsinovich, actuellement en prison. Les organisations de défense des droits humains l’ont reconnu prisonnier politique.

La première fois, Yahor Martsinovich a été arrêté au tout début des manifestations massives, dans la nuit du 11 août 2020, alors qu’il rentrait chez lui après le rassemblement, qu’il avait couvert en tant que journaliste. Il a été détenu pendant plusieurs jours sans inculpation ni procès-verbal et a été libéré le 13 août.

Le 20 août 2020, l’activité du plus ancien journal bélarussien a été bloquée par une décision des autorités, mais la rédaction a réussi à faire annuler cette décision. Près d’un an plus tard, le 8 juillet 2021, Martsinovich et trois de ses collègues ont été arrêtés par les forces de l’ordre (le chef du département de la publicité Andrei Skurko est toujours en détention). Au début, ils ont été accusés d’avoir organisé des manifestations illégales et le site de « Nasha Niva » a été à nouveau bloqué.

« Après que les autorités ont détruit TUT.by, le plus grand média en ligne du pays, il est devenu clair qu’ils viendraient chercher tout les autres », a déclaré Yahor Martsinovich. – Y a-t-il eu des signaux indiquant que nous allions être visés ? Non, c’est juste que tout autour était en train d’exploser. Mais nous avons continué à travailler en toute légalité, alors, de quoi devrions-nous avoir peur dans notre pays ».

Finalement, Yahor Martsinovich a été inculpé non pour des motifs politiques, mais en vertu d’un article économique : dommages matériels causés. Il n’y a eu aucune tentative pour rendre l’accusation plausible.

« J’ai été jeté derrière les barreaux uniquement par vengeance pour mes activités professionnelles », a-t-il dit. – Le plus difficile est de comprendre que vous perdez du temps qui pourrait être utilisé avec profit. On a du mal à supporter le fait que cette situation épuise nos proches.»

Martsinovich a déclaré que « Nasha Niva » fonctionnait en toute légalité et en respect de la législation. « Notre objectif principal est l’existence d’un média quotidien en langue bélarussienne, cela est plus important que tous les risques. « Nasha Niva » a toujours été confronté à des problèmes d’édition et de distribution : nous avons été exclus des kiosques à journaux, les imprimeries ont reçu l’interdiction d’imprimer nos numéros, ce qui a favorisé le développement du site Internet. C’est pour cette raison que les médias indépendants sont beaucoup plus forts que les médias en ligne progouvernementaux. Les autorités ne savent tout simplement pas comment travailler sur Internet. »

Aujourd’hui, le rédacteur en chef de « Nasha Niva » reste dans le centre de détention provisoire de la rue Volodarsky à Minsk. Dans son dernier court message, il a déclaré que lui et dix-huit autres personnes sont actuellement détenus dans un sous-sol sans fenêtre et avec seulement une petite ouverture sous le plafond pour la ventilation. Martsinovich a écrit qu’il étouffait et qu’il n’était pas encore en mesure de répondre aux lettres qu’il recevait.