2021-08-26
Victime des manifestations au Bélarus. Août 2020.

En août 2020, après les élections présidentielles truquées au Bélarus, des centaines de milliers de personnes se sont rendues à des manifestations pacifiques, des milliers ont été arrêtées et sévèrement battues par des agents de sécurité, les faits de torture ont été enregistrés par des médecins et des bénévoles d’organisations de défense des droits humains.

En mai 2021, une requête sur les crimes contre l’humanité au nom de 10 personnes torturées au Bélarus a été déposée au parquet fédéral d’Allemagne. Précédemment, des demandes similaires ont été déposées et sont à l’étude en Lituanie dans le cadre de la compétence universelle. En Pologne, une enquête est en cours sur la demande de deux citoyens polonais.

Aujourd’hui, le Comité d’enquête du Bélarus a refusé d’ouvrir une procédure pénale sur les plaintes de citoyens victimes de la brutalité des forces de l’ordre lors de manifestations pacifiques en août 2020 et dans des lieux de détention. Selon le ministère, le dépôt de ces recours était de « nature préméditée ».

680 personnes ont demandé à effectuer une vérification des faits d’« actions prétendument illégales de la part d’employés des organes des affaires intérieures ». Le Comité d’enquête affirme que le recours à la force physique et aux équipements spéciaux par les employés dans la répression des infractions a été effectué conformément à la législation sur les organes des affaires intérieures et d’autres actes juridiques réglementaires du Bélarus, que les moyens et méthodes choisis ont été adaptés à la situation et « ont été utilisés avec l’intention de causer le moins de dégât possible dans l’évolution des circonstances ». Selon l’institution, les citoyens ont été blessés dans « des lieux où se déroulaient des événements de masse et des émeutes non autorisés ».

Entre-temps, une expertise indépendante a confirmé que la voix sur les enregistrements présentés par l’initiative BYPOL, dans lesquels les forces de l’ordre avaient reçu l’instruction d’appliquer les mesures les plus sévères aux manifestants, appartenait à l’ancien chef du Ministère de l’Intérieur bélarussien, Yury Karaeu. Dans un enregistrement, Karaeu a qualifié les Bélarussiens de « stupides », « simples d’esprit », « gros vulgaires » et « salopards ». Il a également exhorté à trouver ceux qui menacent les forces de l’ordre, « laissez tout tomber, trouvez ces pourritures et supprimez-les ». Dans le deuxième enregistrement, audio Karaeu qualifie Siarhei Tsikhanouski de « pourriture » et regrette son emprisonnement tardif : « S’il n’y a aucun article du code pour le coffrer, il faut en trouver un et le jeter en prison pour longtemps. Qu’il y reste ! Qu’il y crève ! »

En réponse au refus d’ouvrir une procédure pénale les cyber-partisans ont annoncé le piratage de la base de données du Comité d’enquête. « Personne n’échappera à la responsabilité », ont déclaré les cyber-partisans.