Un an de prison pour la publication de la chanson « Loukachenko, va-t’en » sur les réseaux sociaux

Le 23 août, le tribunal de Homel a condamné Siarhei Balakhonau, accusé d’avoir « insulté le président » (article 368 du code pénal du Bélarus) pour avoir publié la chanson « Loukachenko, va-t’en » sur le réseau social. Balakhonau a été condamné à un an de prison dans une colonie pénitentiaire à régime général.

L’accusé a plaidé coupable et s’est repenti, mais a ajouté qu’il avait gardé la chanson pour lui non pas par inimitié politique, il n’avait pas cherché à en comprendre le sens et n’a « réalisé que la chanson était offensante » que lorsqu’il a été arrêté.

Le policier « témoin » a expliqué à l’audience que la chanson sur la page de Balakhonau avait été trouvée « au cours de la surveillance », puis des « mesures de recherche opérationnelles » ont été effectuées et ont permis d’établir que l’homme « avait une attitude négative envers les forces de l’ordre et les autorités ». Cependant, le policier a refusé d’expliquer la manière dont l’attitude négative de l’accusé était exprimée.

Bouton retour en haut de la page