2022-05-18
Pavel « Volat » avec sa compagnie. Photo : Bataillon de K. Kalinoùski.

Le 16 mai, Pavel, « Volat » (Hercule en bélarussien) de son nom de combat, commandant de compagnie dans le bataillon de Kastous Kalinoùski, a péri dans un combat pour un village ukrainien. Selon ses camarades, il a été grièvement blessé lors de l’opération de libération du village des troupes russes et est décédé sur le chemin de l’hôpital. Les soldats de la compagnie que Pavel commandait parlent de lui comme de la colonne vertébrale, du cœur et de l’esprit de toute la compagnie. Il a sauvé la vie de nombreuses personnes grâce à son courage et sa force d’âme. Il a été blessé à plusieurs reprises, mais à chaque fois, il est retourné au front.

Pavel « Volat » est le sixième combattant bélarussien mort en défendant l’Ukraine contre l’agression russe.

Ilia « Litvin » Khrenaù, 27 ans, a été tué le 3 mars dans les combats près de Boutcha, neuf jours seulement après le début de la guerre. Il avait vécu en Ukraine pendant de nombreuses années et s’était rendu dans un camp d’entraînement dès le premier jour de l’invasion russe. Après les combats, son corps n’a pas pu être récupéré sous les tirs. Ce n’est qu’en avril, après la libération de la région, qu’il a été retrouvé et enterré.

Aliakseï « Tour » Skobla, 31 ans, médecin et instructeur militaire de l’armée ukrainienne, est mort en défendant Kyiv. Une semaine avant sa mort, il avait sauvé dix de ses compagnons d’armes. Le 13 mars, le groupe de Skobla est tombé dans une embuscade alors qu’il effectuait une mission de combat. Bien que grièvement blessé, « Tour » a réussi à couvrir la retraite des autres combattants, qui ont tous survécu. Le président de l’Ukraine Volodymyr Zelensky a décerné à Aliakseï le titre de Héros de l’Ukraine, à titre posthume.

Les Bélarussiens Kanstantsine Dzubaïla, Zmitsier Roubacheùski et Zmitsier Apanassovitch sont également morts en combattant du côté ukrainien.

La leader de l’opposition bélarussienne, Svetlana Tikhanovskaïa a présenté ses condoléances aux familles et aux proches des combattants disparus : « La mort de tout Bélarussien est une énorme tragédie pour nous tous ». Elle est convaincue qu’on ne les oubliera pas : « Ils sont tous des héros, et les héros restent à jamais gravés dans la mémoire des gens ».