2021-12-01
Image à titre d’illustration.

D’après les informations communiquées par les ONG, la police bélarussienne a perquisitionné les domiciles de plusieurs journalistes et militants des droits humains à travers le pays. Le centre de défence des droits humains Viasna a déclaré dans un communiqué qu’une série de perquisitions avait eu lieu tôt le matin du 1er décembre. À Minsk, au moins 10 domiciles ont été perquisitionnés et des téléphones, des clés USB et d’autres équipements ont été saisis. Plusieurs journalistes et militants à Minsk, Hrodna, Brest, Vitsebsk, Krychaù, Rechytsa et Mazyr ont été brièvement interpeller pour des interrogatoires après les perquisitions.

La plupart des personnes concernées ont déclaré qu’elles ne pouvaient pas révéler les détails de leur interpellation ayant été menacés de poursuites juridiques. Cependant, Radio Free Europe reprend les paroles d’ un ancien prisonnier politique disant que Minsk « est à la recherche des cerveaux et des financeurs des manifestations ». Cette récente vague de répressions marque une nouvelle étape dans les abus continus contre les médias et les organisations non gouvernementales bélarussiennes.