2022-02-28
Рэферэндум у Беларусі.

Le 27 février était le principal jour de vote au Bélarus dans le cadre d’un référendum fictif initié par Lukashenko. Une seule question figurait sur le bulletin de vote : « Acceptez-vous les modifications et les ajouts à la Constitution de la République du Bélarus ? » La journée a commencé assez tranquillement. Le fait qu’il ne s’agit pas d’un simple dimanche a été rappelé par les véhicules spéciaux des forces de l’ordre, que les Bélarussiens ont commencé à remarquer dans les rues des villes depuis tôt le matin.

À 14 heures, les files d’attente ont commencé à s’allonger devant les bureaux de vote. C’est ainsi que les Bélarussiens ont répondu à la proposition des forces démocratiques du Bélarus de venir voter en ce moment même pour exprimer leur désaccord avec l’implication du Bélarus dans la guerre de la Russie contre l’Ukraine. Plus tard, certaines personnes ont défilé depuis les commissariats dans les rues de leur ville, les voitures de passage les soutenant de leurs signaux.

Les forces de sécurité ont réagi à l’activité des Bélarussiens. Dans de nombreuses villes, les détentions ont commencé à l’intérieur, près des bureaux de vote, ainsi que simplement dans la rue pour avoir dit « Je proteste contre la guerre », pour avoir participé à des actions anti-guerre, pour avoir signalé des voitures, pour avoir photographié des bulletins de vote et même en attendant son tour de voter. À Minsk, les forces de l’ordre ont emmené une femme qui promenait son chien seule dans un fourgon de police. À Grodno, plusieurs personnes ont été détenues, selon des témoins, « pour avoir refusé de s’éloigner du bureau de vote ».

Vers 17 heures à Minsk, un grand nombre de manifestants de l’opposition se sont rassemblés près de l’état-major général du ministère de la Défense. Beaucoup portaient des drapeaux ukrainiens et scandaient des slogans anti-guerre. Toutes les rues centrales de la capitale étaient remplies de voitures klaxonnant. Dans certaines voitures, des gens jouaient l’hymne ukrainien. Le rassemblement de protestation a été dispersé par les forces de sécurité en uniformes noirs et olivâtres sans insigne : apparemment, il s’agissait à la fois de la police anti-émeute et des troupes internes. Ils ont entouré les gens et se sont emparés de tous, sauf des plus âgés.

Les gens ont continué à porter des fleurs à l’ambassade d’Ukraine, comme les jours précédents. Toute la clôture près de l’ambassade était couverte de fleurs. Mais même là, les forces de l’ordre sont arrivées pour disperser les manifestants pacifiques.

Selon le ministère de l’Intérieur, 800 personnes ont été détenues le jour principal du scrutin au Bélarus. Tous les noms des détenus ne sont pas encore connus.