2022-05-06
Sofia Sapega lors de l’audience.

Un tribunal bélarussien a condamné la citoyenne russe Sofia Sapega à six ans de prison. Elle a été arrêtée avec le journaliste Raman Pratassevitch en mai 2021 après l’atterrissage forcé d’un vol Ryanair à Minsk. Un grand nombre de pays, dont des États membres de l’UE, ont imposé des sanctions strictes contre le Bélarus en raison de l’incident, qui a été décrit comme une « violation délibérée de toutes les réglementations aériennes internationales ».

Après son arrestation, l’étudiante de 24 ans a accepté de coopérer avec l’enquête et a également adressé une demande de clémence à Alexandre Loukachenko. Le 25 mai 2021, les chaînes d’État ont diffusé une vidéo dans laquelle Sofia Sapega confirmait qu’elle était rédactrice de la chaîne de Telegram Blac Book of Belarus, qui publiait des données personnelles des agents des forces de l’ordre. Il n’existe aucune autre preuve de son implication dans le projet. Ces vidéos de mea culpa sont une tactique courante des forces de l’ordre bélarussiennes qui usent de pressions et de violences physiques pour extorquer aux personnes arrêtées les témoignages voulus.

Le cas de Sapega a été entendu à huis clos. Parmi les charges retenues contre elle figurent l’incitation à la haine sociale, les menaces de violence à l’encontre de policiers et l’entrave à l’activité professionnelle légale d’un journaliste. La jeune fille était assignée à résidence à Lida depuis juin dernier, mais purgera sa peine dans une colonie pénitentiaire à régime général. Une fois le verdict rendu, la Russe a été placée en garde à vue dans la salle d’audience puis envoyée au centre de détention provisoire.

En outre, Sapega est obligée de verser des indemnités aux victimes et de payer les frais de justice pour un total équivalent à 50 000 dollars. Selon la source du service russe de la BBC, si Loukachenko ne gracie pas Sapega, elle demandera à être transférée en Russie pour y purger sa peine.

Non classé