2021-07-25
Dzianis Ourbanovitch.

Le dirigeant du parti Le Front des Jeunes Dzianis Ourbanovitch a été libéré après 20 jours de détention au Centre de détention des délinquants (CIP). Il a été arrêté le 3 juillet à Minsk, les raisons de son arrestation sont inconnues.

Dzianis a été retransféré de cellule en cellule à plusieurs reprises, il a observé l’attitude envers les criminels ordinaires et envers les détenus « politiques ». Dzianis Ourbanovitch qualifie les conditions dans le Centre de détention pour délinquants (CIP) de génocide : toute personne qui s’y retrouve est « tout simplement détruite ».

Selon lui, les agents des forces de l’ordre ont commencé à traiter les prisonniers politiques plus sévèrement qu’au début de l’année. Ils sont persuadés qu’ils ne seront jamais punis pour leurs actes. Les cellules sont surpeuplées : il y a 18 à 20 personnes dans une cellule à quatre lits. Certains s’évanouissent à cause de la chaleur – on étouffe et il fait chaud dans les cellules. Les prisonniers politiques n’ont pas de matelas, beaucoup dorment par terre. Pas de produits d’hygiène, pas de brosses à dents, pas de douches, pas de colis transmis. La nourriture est telle que les prisonniers ne vont presque jamais aux toilettes. La lumière est allumée en permanence dans les cellules.

Des contrôles sont effectués nuit et jour. On fait sortir les prisonniers de la cellule, on les fait prendre une position écartée, on leur tord les bras. Beaucoup sont tabassés. Ourbanovitch dit que pendant sa détention, ils l’ont tabassé et lui ont donné des coups de pied dans le bas du dos et les jambes, l’ont frappé aux reins avec une matraque, pour simplement avoir ri. Une hémorragie interne s’est produite à cause des coups, il a du être hospitalisé. Maintenant, il urine du sang, ressent de la douleur. Il dit que de nombreux prisonniers ont eu des problèmes similaires. Beaucoup ont contracté le coronavirus – ceux qui avaient une fièvre de 38–39 degrés ont été emmenés en ambulance, les autres n’ont été ni testés ni soignés.

« J’espère qu’au moins quelqu’un prêtera attention au fait que la répression au Belarus ne s’est pas arrêtée, qu’elle continue et que n’importe quel Bélarussien peut être emprisonné, même pour un simple partage d’infos en ligne, et qu’il y sera tabassé et brisé, et les médecins qui travaillent au centre de détention pour délinquants ne lui viendront pas en aide », dit Urbanovich. « Le centre de détention pour délinquants d’Akrestsina est le Auschwitz du XXIème siècle. Au centre de Minsk, au centre de l’Europe en 2021, il y a un Auschwitz qui tue la nation bélarussienne. Je n’ai pas de mots, il faut y être passé pour tout comprendre ».

Le centre des droits humains Viasna a reçu un message anonyme sur son adresse électronique qui contenait des photographies prises dans une des cellules du Centre de détention pour délinquants d’Akrestsina cette année. La photo montre que la cellule est surpeuplée : les gens dorment à deux sur un lit de planches en fer, quelqu’un dort sur la table et par terre. Les détenus manquent également de matelas et de literie. L’heure de la prise de la photo est également marquée – il fait nuit mais la lumière n’est pas éteinte dans les cellules.