2021-08-02
Krystsina Tsimanoùskaïa.

Le ministère polonais des Affaires étrangères a offert son aide à l’athlète bélarussienne Krystsina Tsimanoùskaïa, qui a été retirée des JO et soumise à une tentative de rapatriement forcé depuis l’aéroport de Tokyo après avoir critiqué la direction de la sélection nationale du Bélarus. Elle a reçu un visa humanitaire polonais et pourra poursuivre sa carrière sportive en Pologne.

Pour le moment, Tsimanoùskaïa est censée prendre un vol Tokyo-Varsovie le 4 août.

Son époux a été contraint de quitter en catastrophe le Bélarus. A Kiev, il a donné sa première interview : « Je suis choqué par les représentants de notre équipe, par leur façon de mettre les athlètes sous pression. »

L’UE considère la tentative de renvoi de force de l’athlète Krystsina Tsimanoùskaïa au Bélarus comme « un autre exemple de la répression exercée par le régime de Loukachenko ».

Entre-temps, le Tribunal arbitral du sport a rejeté la demande de Krystsina Tsimanoùskaïa d’annuler la décision du CNO bélarussien concernant la suspension de sa participation aux JO.

L’organisation internationale Global Athlete appelle le CIO à suspendre immédiatement le CNO du Bélarus et à autoriser les athlètes bélarussiens à concourir sous des couleurs neutres vu le scandale créé autour de l’athlète Krystsina Tsimanoùskaïa.

Krystsina Tsimanoùskaïa est championne du Bélarus sur le 100 mètres et le 200 mètres, gagnante de l’Universiade 2019 sur le 200 mètres et médaillée d’argent des 2es Jeux européens sur le 100 mètres.