2021-06-15
Atterrissage forcé de l’avion de Ryanair.

Selon les dires du directeur de Ryanair Michael O’Leary, l’atterrissage forcé au Bélarus le 23 mai 2021 d’un avion de Ryanair avec le recours à un avion militaire MiG fut une violation délibérée de toutes les règles de l’aviation internationale. On a fait atterrir l’avion sous prétexte d’une fausse alerte à la bombe afin d’arrêter le représentant de l’opposition bélarussienne Raman Pratassevitch.

Les contrôleurs aériens bélarussiens ont déclaré à l’équipage qu’ils avaient reçu « une menace réelle que si l’avion entrait l’espace aérien lituanien ou tentait d’atterrir à l’aéroport de Vilnius, une bombe exploserait à bord ». Dans le même temps, le commandant de bord a demandé en vain à contacter le centre de contrôle des opérations de Ryanair à Varsovie.

Après l’atterrissage, plusieurs inconnus munis de caméras vidéo sont entrés dans la cabine, essayant de forcer l’équipage à déclarer face caméra leur propre volonté de se diriger vers Minsk, mais l’équipage a refusé de le faire. « C’était un contexte très dangereux et hostile », a déclaré le capitaine de l’avion. Il a également annoncé que lorsque l’avion a redécollé, que cinq passagers manquaient à bord. Il s’agissait de Raman Pratassevitch, de sa compagne, la citoyenne russe Safia Sapieha, et de trois « personnes non identifiées », très probablement des agents du KGB.

Lors d’une réunion de la commission des transports du Parlement britannique, O’Leary a salué des sanctions sévères à court terme contre le Bélarus qui a permis, selon ses propres termes, « une piraterie financée par l’État », mais a souligné qu’à l’avenir, le ciel devrait être ouvert.