2021-11-14

Le nom de Raman Bandarenka est devenu un symbole tragique de l’histoire de la protestation bélarussienne de 2020. Dans le contexte des manifestations pacifiques de masse au Bélarus, les habitants des immeubles voisins se sont unis, ont commencé à se faire des amis et à organiser des concerts dans la cour et autres événements. Un petit site dans la cour d’un immeuble de la ville de Minsk – la Place des Changements – est devenu l’un des symboles de protestation, d’auto-organisation et de solidarité des Bélarussiens. Le 11 novembre 2020, Raman Bandarenka, 31 ans, est sorti dans la cour de l’immeuble pour voir pourquoi des inconnus coupaient des rubans blanc-rouge-blanc. Là, il a été capturé et battu par des inconnus. Des personnes en civil et masqués l’ont emmené dans une camionnette. Selon BYPOL, il s’agissait de soldats du détachement spécial d’intervention rapide du ministère de l’Intérieur. Dans la soirée du 12 novembre 2020, Raman est décédé en soins intensifs des suites de blessures mortelles.

Le meurtre de Raman Bandarenka a provoqué une vague d’indignation dans la société bélarussienne. Après avoir appris sa mort, des milliers de personnes se sont rassemblées sur le site de la tragédie pour honorer la mémoire de Raman. Le lendemain, des actions de commémoration ont eu lieu dans tout le pays. Un mémorial populaire est apparu sur la Place des Changements. Néanmoins trois jours plus tard, le 15 novembre 2020, le rassemblement à la mémoire de Raman a été brutalement dispersé par les forces de l’ordre à l’aide de grenades assourdissantes et de gaz lacrymogène. Selon certaines estimations, plus de 1 100 personnes ont alors été arrêtées. Quelques heures plus tard, le mémorial populaire à la mémoire de Raman a été détruit. Les journalistes de BELSAT Ekateryna Andreeva et Darya Chultsova ont été arrêtées pour reportage en direct sur place ; elles ont écopé de deux ans de prison.

Personne n’a été traduit en justice pour le meurtre de Raman Bandarenka. Le bureau du procureur général a déclaré que les forces de l’ordre n’avaient rien à voir avec la mort de Bandarenka. Les bélarussiens honorent la mémoire du défenseur de la Place des Changements, Raman Bandarenka, en érigeant des bougies et des mémoriaux. Les Bélarussiens à l’étranger ont également organisé leurs actions ce jour-là. « Je descends ! » – avec ce slogan, une action à la mémoire de Raman Bandarenka a eu lieu près de l’ambassade bélarussienne à Vilnius. Les participants ont allumé des bougies et ont observé une minute de silence à la mémoire de leur héros disparu et de tous les autres Bélarussiens innocents qui ont été tués. Parmi les personnes présentes se trouvaient ceux qui connaissaient Raman personnellement.

« Quelqu’un pourrait penser qu’il n’est pas nécessaire de raconter à nouveau cette histoire – mais nous devons nous souvenir non seulement de Raman, mais aussi des noms des personnes responsables de sa mort. Nous devons nous souvenir d’eux, car ils essaient de nous faire tout oublier. Mais nous vivrons assez longtemps pour voir un procès juste, honnête et ouvert contre les personnes impliquées dans l’affaire de Raman – et dans nombre d’autres crimes. Nous n’oublierons pas non plus les noms de nos héros et les actes qui en ont fait des héros du Bélarus pour toujours. Et aujourd’hui, je vous demande d’honorer la mémoire de Raman Bandarenka – notre voisin attentionné, la voix de notre conscience, notre héros des changements, décédé mais immortel », a déclaré Svetlana Tikhanovskaïa dans son discours.