2022-02-26
Remorqueur russe détruit près de Kharkiv, 26.02.2022. Photo d’Andreï Marienko.

Le journaliste Dzmitry Gurnevich a publié un argument à ceux qui accusent la nation bélarussienne de complicité avec Poutine dans son attaque contre l’Ukraine. Voici l’essentiel de son argumentation.

Il n’a pas d’autorité gouvernementale dans le Bélarus depuis aussi tôt que novembre 2020. Le pays est gouverné par un régime fantoche pro-Moscou qui n’a aucun pouvoir décisionnel. La grande majorité des Bélarussiens sont opposés à ce régime. Le peuple est fait connaître sa position à travers les manifestations de 2020, les plus importantes en Europe depuis les décennies. Les Bélarussiens ont été tués, battus et torturés. Plus d’un millier de personnes sont toujours derrière les barreaux, environ 50.000 ont subi des répressions.

La protestation a été vaincue parce que Poutine a soutenu Lukashenko et est devenu sa seule garantie. Après cela, une terreur semblable à celle des années 1930 (en URSS – commentaire de Voice of Belarus) a commencé dans le pays. Il est possible d’aller en prison pour un tweet, un commentaire, un mot imprudent. Les structures de pouvoir répriment toute dissidence ; même les organisations d’ornithologues et de protection des animaux ont été interdites, parce que quelqu’un dans ces organisations est contre le régime. Chaque jour, des personnes sont arrêtées et maltraitées au Belarus. Dans une telle atmosphère, il faut beaucoup de temps pour organiser la résistance. Mais le travail continue.

Le Bélarus est sous occupation. Si les autorités sont illégitimes, personne n’avait le droit de laisser les Russes traverser le Belarus. Poutine a pris le contrôle du Bélarus. Mais il permet à Loukachenko de s’appeler le président de la Bélarus indépendante.

Les Bélarussiens ne sont pas seulement inquiets pour l’Ukraine et prient pour elle. Les Bélarussiens collectent de l’argent pour les réfugiés, l’armée ukrainienne, et des Bélarussiens servent dans l’armée ukrainienne. Les Bélarussiens ont été parmi les premiers à mourir sur Maidan, les Bélarussiens sont morts pour l’Ukraine pendant la guerre.

Les Bélarussiens, qui ont une tête et une conscience, comprennent que sans une Ukraine libre, nous n’existerons pas.