2021-06-19

Le 18 juin, la Commission de l’application des normes de l’Organisation internationale du Travail a adopté un avis sur le Bélarus concernant les violations répétées de la Convention n° 87 de l’OIT sur le droit à la liberté syndicale et la non-application des recommandations de la Commission d’enquête de l’OIT de 2004.

Comme l’a noté la Présidente du Comité, Korin-Elsa Angoneman-Mwondo, la situation au Bélarus non seulement ne s’est pas améliorée, mais s’est considérablement détériorée au cours de l’année écoulée :

L’OIT a appelé le gouvernement bélarussien « à prendre des mesures pour libérer tous les syndicalistes arrêtés, à s’abstenir de toute persécution de ceux qui ont participé à des manifestations pacifiques et à renoncer aux arrestations et au recours à la violence ou à l’intimidation des dirigeants syndicaux qui se livrent à leurs activités légales ». Le Comité a demandé au Bélarus de mener immédiatement une enquête indépendante sur tous les cas signalés d’intimidation et de recours à la violence.

Le Bélarus a de nouveau été inclus dans la liste des pays qui violent systématiquement les droits des travailleurs et des syndicats.