2022-03-29
Combattants volontaires bélarussiens en Ukraine.

Selon Nasha Niva, quatre groupes armés bélarussiens sont opérationnels ou en passe d’être constitués en Ukraine, deux d’entre eux considérant la libération du Bélarus comme leur objectif ultime. La constitution de l’un de ces groupes est largement médiatisée, tandis que celle du plus important des quatre est pratiquement passée sous silence.

L’unité la plus connue est le bataillon Kastous Kalinoùski. Son commandement est composé de Bélarussiens formés dans le régiment ukrainien Azov, connu pour son efficacité au combat ainsi que pour sa réputation controversée. Plusieurs pelotons du bataillon Kalinoùski sont récemment passés sous le commandement des forces armées ukrainiennes et le reste du bataillon devrait en faire autant dans un avenir proche à la demande expresse des services spéciaux ukrainiens pour éviter tout risque d’« atamanisme » (émergence de structures paramilitaires localisées par une région d’opération distincte et qui ne veulent obéir à personne – ndlt).

Une formation bélarussienne plus petite a été constituée par un ancien membre d’Azov, Siarheï Karatkikh (connu sous son sobriquet Maluta). Cette unité comprend entre autres des fans de football bélarussiens. Ils sont basés à Kyïv et prennent part aux hostilités.

Un autre groupe armé de Bélarussiens, comptant plusieurs dizaines d’hommes, sert dans les rangs de la défense territoriale d’Odessa. Mais c’est le bataillon qui est en cours de constitution, composé d’anciens agents des forces d’opérations spéciales bélarussiennes, qui pourrait devenir le groupe armé bélarussien le plus important en Ukraine. Il opérera sous le commandement de la Légion internationale et fera partie intégrante des forces armées ukrainiennes. Aucune information à ce sujet n’est disponible pour l’instant. Il est possible que cette unité reçoive des armes modernes dont est équipée l’armée ukrainienne, mais pas l’armée bélarussienne. Le but initial des combattants bélarussiens qui rejoignent l’armée ukrainienne est d’aider l’Ukraine à repousser l’agression russe.