2021-06-05
Raman Pratassevitch.

On l’apprend grâce à une publication du média Donbass Today qui fait référence à un volontaire.

Auparavant, Loukachenko avait invité des enquêteurs de la RPL autoproclamée, au cas où ils auraient « des questions » à poser à Pratassevitch. S’il est extradé, Raman Pratassevitch risque d’être fusillé pour « crimes contre l’humanité ».

Selon la législation bélarussienne, un citoyen de la République du Bélarus ne peut être extradé sauf disposition contraire des traités internationaux de la République du Bélarus.

Le Bélarus, comme l’ensemble de la communauté internationale, ne considère pas les formations « RPL » et « RPD » comme des entités étatiques indépendantes. Par conséquent, se pose la question du fondement juridique de l’enquête menée par des représentants de la formation armée illégale sur le territoire du Bélarus.

En septembre 2020 Pratassevitch lui-même a déclaré dans un entretien qu’il avait visité la zone de conflit à l’est de l’Ukraine et qu’il y avait réalisé pendant un an des tournages vidéo en tant que journaliste indépendant.