2021-09-25
Participants à la Conférence des Bélarussiens du Monde.

A Vilnius, après deux jours de travail, s’est achevée la conférence des Bélarussiens du monde. Elle a réuni des représentants de plus de 27 pays et 40 organisations. Le bureau de Sviatlana Tsikhanouskaya, la Gestion populaire anti-crise, le Conseil de coordination, les représentants et les initiatives des forces démocratiques ont discuté des projets et de la coordination des actions avec la diaspora.

Dans son discours d’ouverture de la conférence, la leader politique Sviatlana Tsikhanouskaya a remercié les représentants de la diaspora pour leur participation et noté que ceux qui restaient au Bélarus actuellement disposaient de ressources d’activité très limitées : « A la différence des Bélarussiens résidant au pays, nous pouvons agir plus ouvertement. Ce sont les Bélarussiens de l’étranger qui ont organisé des sondages à la sortie des urnes et des centaines d’actions de solidarité. Vous maintenez l’intérêt des médias pour la question bélarussienne et aidez financièrement nos compatriotes à l’intérieur du pays et les initiatives. Vous communiquez avec des hommes politiques. Littéralement dans chaque pays, les dirigeants connaissent l’existence d’une diaspora bélarussienne et coopèrent avec vous ».

Sviatlana Tsikhanouskaya a déclaré qu’elle était heureuse de rencontrer autant de personnes militantes qui, après leur journée de travail, rentraient à la maison et enchaînaient avec d’autres activités destinées à libérer le pays : « Je suis fière d’avoir été témoin d’un moment historique où tout a changé, où nous avons changé et nous sommes ressentis comme une seule nation ».

Selon le Bureau de Tsikhanouskaya, les actions et les projets de la diaspora visent trois objectifs principaux :

  • l’élargissement de l’aide aux Bélarussiens à l’intérieur du pays ;
  • une pression économique accrue sur le régime ;
  • le soutien au Bélarus dans l’agenda international.

Parmi les initiatives discutées figurent : assistance médicale et réhabilitation des victimes, collecte de fonds destinés aux familles des prisonniers politiques et aux initiatives au Bélarus, assistance aux personnes déplacées, lancement d’écoles et de médias bélarussiens, création de pôles médiatiques, travail sur un projet de Constitution populaire, lobbying pour des déplacements sans visa, campagnes de pression économique sur le régime, travail politique avec les gouvernements de différents pays pour aider le Bélarus, travail avec la presse internationale, projets d’aide sur la compétence universelle, programmes pour les enfants de prisonniers politiques similaires à ceux de Tchernobyl.

Franak Viachorka a exprimé l’espoir que la prochaine conférence se tiendra à Minsk : « J’espère que la dictature tombera dans un proche avenir. Le Bélarus prendra la voie des réformes et nous pourrons convoquer une telle conférence, seulement vingt fois plus grande, quelque part au centre de Minsk ».

Le chef de la Gestion populaire anti-crise Pavel Latouchka a souligné que tous les Bélarussiens étaient unis dans l’essentiel, ce à quoi la majorité d’entre eux attendait et aspirait : « Le premier objectif consiste à la libération de tous les prisonniers politiques et la fin des répressions. Le deuxième est de traduire en justice tous les coupables de crimes contre le peuple bélarussien. Enfin, l’organisation de nouvelles élections présidentielles démocratiques au Bélarus dès que possible. Pour atteindre ces objectifs, nous avons besoin de structures et d’équipes solides. Depuis plus d’un an maintenant, les Bélarussiens à l’étranger sont l’une des forces les plus influentes qui mènent une lutte sans compromis contre le régime et sont un véritable atout pour nous tous ».