2021-11-05
Photo à caractère illustratif.

Un groupe de trente-cinq pays membres de l’Organisation pour la sécurité et la coopération en Europe (l’OSCE) a décidé d’engager le mécanisme de Vienne contre les violations graves des droits de l’Homme au Bélarus. Une lettre adressée au Représentant permanent du Bélarus auprès de l’OSCE demandant des éclaircissements sur les préoccupations respectives des pays occidentaux a été transmise le jeudi 4 novembre 2021 à Vienne par le Représentant permanent du Royaume-Uni, Neil Bush.

La lettre exprime les préoccupations des pays signataires par les graves violations des droits humains au Bélarus. Ils rappellent que l’an dernier, le mécanisme de Moscou a été déclenché à l’encontre du Bélarus appelant les autorités du pays à annuler les résultats des élections présidentielles et d’en organiser de nouvelles avec l’invitation d’observateurs internationaux et locaux, à inclure des représentants des forces publiques dans les commissions et à mettre la législation électorale en conformité avec les normes internationales. Dans le domaine des droits de l’Homme, le Bélarus s’est vu remettre une longue liste de recommandations concernant le droit à la liberté et à la sécurité personnelles, le droit à un procès équitable, la liberté de réunion et d’association, la liberté d’expression et des médias, la responsabilité des coupables et l’évitement d’impunité. Cependant, les autorités du pays n’ont pas tenu compte des recommandations qu’elle contenait.

Dans le cadre du mécanisme de Vienne , les pays participants demandent au Bélarus un rapport sur les mesures prises en rapport avec ces problèmes. Le communiqué exprime sa préoccupation face aux atteintes à la liberté de la presse et à la liberté de réunion, aux arrestations arbitraires, à la persécution de l’opposition, au recours à la torture et à la situation des migrants aux frontières du Bélarus. Conformément à la procédure, les réponses doivent être transmises par écrit aux membres de l’OSCE dans un délai de dix jours.