2021-06-13
Anatol Liabedzka.

Anatol a été arrêté le 14 mai. Il est venu apporter son soutien aux accusés dans l’affaire des étudiants et a été condamné à 30 jours d’emprisonnement. Ce jour, Anatol devait être libéré, mais son épouse a été informée qu’il n’était plus en détention. Plus tard, elle a appris qu’Anatol avait été secrètement transporté du centre de détention de la rue Akrestsin et déposée à la périphérie de Minsk. Il est rentré chez lui en taxi.

Anatol Liabedzka a partagé avec NN.BY les détails de son séjour derrière les barreaux.

« Ce serait bien que ceux qui font des déclarations politiques au nom du Bélarus visitent les centres de détention actuels. Ce serait très intéressant, car ce qui s’y passe actuellement est une violation quotidienne de la Constitution en vigueur. Il s’agit d’une torture pure et simple définie par la législation internationale et la Constitution. C’est là que les gens courent aujourd’hui les risques et les dangers les plus graves. Ces endroits ne peuvent même pas être comparée aux colonies pénitentiaires et prisons bélarussiennes. Les personnes détenues dans le cadre d’affaires pénales s’en sortent avec moins de dégât », a déclaré l’homme politique.

Anatol a décrit les conditions dans le centre de détention provisoire : « Actuellement, il y a de 15 à 19 personnes dans des cellules de deux ou quatre lits. L’eau chaude n’a été disponible que pendant 4–5 jours. Les gens sont placés dans des cellules où il n’y a pas d’air du tout puisque tout est fermé. J’ai passé deux jours en cellule de punition, je ne sais même pas pourquoi, personne n’explique rien là-bas. Il n’y a pas d’oreillers, ni de taies d’oreillers, ni de matelas – rien ».