2021-07-11

Lors de la Conférence internationale du Travail annuelle tenue en juin 2021, l’Organisation internationale du travail (OIT) a fortement critiqué la violation flagrante des normes internationales du travail au Bélarus. Dans son rapport, la Commission d’experts de l’OIT, tout comme le Comité de la liberté syndicale l’avait fait auparavant, a signalé de graves violations des droits fondamentaux des travailleurs au Bélarus. De nombreux travailleurs ont été poursuivis, tabassés, arrêtés et licenciés pour avoir participé à des manifestations pacifiques contre l’élection présidentielle truquée d’août dernier. Les membres des syndicats étudiants ont été expulsés des universités. Les syndicalistes indépendants ont été systématiquement intimidés pour qu’ils quittent leur syndicat sous la menace de perdre leur emploi.

L’OIT a également fermement condamné l’exigence d’Alexandre Loukachenko selon laquelle toutes les entreprises privées doivent créer des syndicats internes sous la menace, sinon, de liquidation. Il s’agit non seulement d’une violation flagrante du principe de la liberté d’association, mais cela montre également que les syndicats officiels n’existent pas pour représenter véritablement les travailleurs, mais sont en fait des organes contrôlés par l’État que Loukachenko utilise, entre autres, pour surveiller les travailleurs.