2022-03-06
Natallia Khvastova. Photo d’archive.

La consule du Consulat général de la République du Bélarus à Munich, Natallia Khvastova, a envoyé sa lettre de démission. Dans sa lettre, la consule explique sa décision par le fait que le travail de tous les organes de l’État du pays ne repose plus sur la suprématie de la Constitution, le service du peuple, l’État de droit et la priorité des droits et libertés humains. Elle estime également que les actions du Bélarus ne reposent plus sur les principes d’égalité des États et de non-recours à la force et compromettent la souveraineté du pays.

En bas à gauche de sa lettre, elle a cité les mots «  …S’appeler des êtres humains » du célèbre poème de Ianka Koupala « Qui va là ? »

Après l’annonce par Svetlana Tikhanovskaïa de la formation d’un cabinet de transition, le politicien de l’opposition Pavel Latouchka a appelé les diplomates bélarussiens à cesser de soutenir la politique criminelle de Loukachenko et à hisser le drapeau blanc-rouge-blanc sur les ambassades. Des représentants des ambassades du peuple bélarussien ont également publié un appel aux ambassadeurs et consuls du Bélarus dans différents pays.

« Je me suis entretenu avec Natallia à plusieurs reprises : elle a pris la décision de démissionner en toute conscience et a insisté qu’elle voulait le faire depuis longtemps. Elle a travaillé comme diplomate pendant plus d’un an, mais elle a décidé de dénoncer l’agression cautionnée par le régime de Loukachenko en violation de la Constitution », a fait savoir Pavel Latouchka.

Des démissions au sein du ministère bélarussien des Affaires étrangères en signe de protestation sont une pratique courante. Des douzaines de fonctionnaires ont quitté le ministère en 2020 et 2021. Des lettres de démission ont été signées par des employés aussi bien au siège central du ministère des Affaires étrangères que dans des représentations du Bélarus auprès de l’Union européenne, en Argentine, en Inde, aux Émirats arabes unis et dans d’autres pays.