2022-08-13
Photo : spring96.org

Le 10 août, le tribunal de Babrouïsk a prononcé son verdict à l’encontre d’un groupe de « terroristes » locaux — Ihar Kazloù, Kanstantsine Iermalovitch, Vital Minkevitch, Natallia Ked et Nadzeïa Polkina. Le procès s’est déroulé à huis clos.

D’après les informations du centre de défense des droits humains Viasna, trois Bélarussiens, MM. Minkevitch, Kazloù et Iermalovitch, sont inculpés pour des actes « à caractère terroriste » commis en été/automne 2021. À cette époque, un objet ressemblant à un engin explosif a été trouvé non loin de la gare ferrovière Miradzina. Des objets similaires ont été trouvés par des cheminots entre les rails et par un vendeur de kiosque Tabakerka près de son commerce à Babrouïsk. En outre, les services de sécurité ont considéré comme un acte de terrorisme l’incendie d’un champ de tir appartenant à une base militaire.

Le KGB a inscrits les trois jeunes hommes sur la « liste de personnes impliquées dans des activités terroristes ». Les deux jeunes femmes sont jugées pour avoir brûlé l’effigie de Loukachenka en mars 2021. Ainsi, le verdict a été prononcé sur plusieurs chefs d’accusation : création d’un groupe à des fins de terrorisme ou participation à ce groupe, acte de terrorisme, menace d’un acte de terrorisme et offense au président de la République du Bélarus.

Kanstantin Yermalovitch a été condamné à 16 ans d’emprisonnement dans une colonie pénitentiaire de haute sécurité avec une amende de 9600 roubles, Vital Minkevitch, 15 ans d’emprisonnement dans une colonie pénitentiaire de haute sécurité, Ihar Kazlou, 14 ans d’emprisonnement dans une colonie pénitentiaire de haute sécurité, Nadzeïa Polkina, 2 ans d’emprisonnement dans une colonie de type général et Natallia Ked, 2 ans d’assignation à résidence à domicile.