2021-06-04
Raman Pratassevitch.

Dans la soirée du 3 juin, la chaîne de télévision publique bélarussienne ONT a diffusé une vidéo avec le blogueur d’opposition Raman Pratassevich arrêté après l’atterrissage forcé d’un avion Ryanair à Minsk. Dans la vidéo d’une heure et demie, le jeune homme s’est déclaré coupable de l’organisation de manifestations massives non autorisées au Bélarus.

« Je n’ai aucun doute : ce que Raman dit résulte de son intimidation, d’une violence psychologique et physique constante à son encontre. Il a tout simplement été intimidé, la vie de sa compagne et la sienne a probablement été menacée », a dit Dzmitry Pratassevich.

« Ce que Pratassevich a annoncé relève de la pure propagande et n’a aucune base véridique », a déclaré le directeur du centre des droits de l’Homme « Viasna », Ales Bialiatski.

« Pratassevich a été forcé de faire des aveux sous la torture », a déclaré Franak Vyachorka, assistant de Sviatlana Tsikhanouskaya.

Le ministre britannique des Affaires étrangères, Dominic Raab, a appelé à traduire en justice les personnes impliquées dans l’enregistrement de l’interview de Raman Pratassevich pour la chaîne nationale bélarussienne. Le gouvernement allemand a condamné l’exhibition de Raman Pratassevich à la télévision.

Aujourd’hui, lors d’une rencontre avec le président polonais Andrzej Duda, Sviatlana Tsikhanouskaya a souligné l’inadmissibilité du marchandage des prisonniers politiques : « Toutes les personnes innocentes doivent être libérées. Nous avons vu l’état de Raman, il est l’otage du régime, et nous devons tout faire pour sa libération et celle des milliers de personnes qui sont dans les mêmes conditions inhumaines ».