2021-07-05
Salle du Conseil des droits de l’homme

Lors de la 47e session du Conseil des droits de l’Homme des Nations Unies, la question du Bélarus a été soulevée. La rapporteuse spéciale, Anaïs Marin, a présenté un nouveau rapport sur la situation dans le pays.

Selon l’organisation des droits de l’Homme « Viasna », Anaïs Marin a déclaré que depuis son dernier rapport (en date du 4 mai), la situation au Bélarus n’a cessé de se détériorer, que le pays était dans une crise profonde et qu’il continuait de s’isoler. Elle a noté que le nombre de prisonniers politiques s’élevait à plus d’un demi-millier ce qui était 10 fois plus que lors de la crise précédente après les élections de 2011.

A l’ouverture de la session, la Haut-Commissaire des Nations Unies des droits de l’Homme, Michelle Bachelet, a déclaré que la situation au Bélarus continuait de se détériorer et s’accompagnait de restrictions sévères de l’espace civil, y compris des restrictions aux droits à la liberté d’expression, à la liberté de réunion pacifique et d’association, des raids contre la société civile et les médias indépendants, et la poursuite des défenseurs des droits de l’Homme et des journalistes.