2021-07-12
https://gdb.rferl.org/67609ffe-3f5f-4ccb-9a4f-fd2d42159ea8_cx0_cy9_cw0_w1023_r1_s.jpg
Barrières à la frontière lituanienne.

L’immigration clandestine aux frontières de la Pologne, de la Lituanie et de la Lettonie en provenance du Belarus continue d’augmenter. Le nombre de migrants illégaux arrêtés à la frontière polono-bélarussienne a déjà doublé par rapport à l’année dernière.

À partir du 12 juillet, des militaires se joindront aux garde-frontières pour patrouiller à la frontière de la Lettonie avec le Bélarus et la Russie.

Auparavant, en raison d’un afflux de migrants en provenance du Bélarus, l’agence européenne de garde-frontières et de garde-côtes Frontex a dû lancer une opération urgente à la frontière lituano-bélarussienne. En 2021, les garde-frontières lituaniens ont déjà arrêté 1 634 migrants illégaux à la frontière avec le Bélarus. C’est presque 20 fois plus que pour l’ensemble de l’année dernière. Le gouvernement lituanien a déclaré une situation d’urgence au niveau de l’État. Le ministre lituanien des Affaires étrangères Gabrielius Landsbergis propose d’imposer de nouvelles sanctions contre le Bélarus en réponse à la crise migratoire.

Le 12 juillet, lors d’une réunion conjointe des commissions des Affaires étrangères et des Libertés civiles du Parlement européen, la commissaire européenne aux Affaires intérieures Ilva Johansson a souligné que le régime Loukachenko avait délibérément alimenté la crise migratoire à la frontière entre le Bélarus et l’UE.